AIFIC
Association d'Ile-De-France des implantés cochléaires
Accueil Sorties culturelles La lettre de Jacqueline
Agenda des évènements
Prochain rendez-vous :
Agenda :
Juin
2017
  • LUN
  • MAR
  • MER
  • JEU
  • VEN
  • SAM
  • DIM
  •  
  •  
  •  
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  •  
  •  
 
Contact
Pour toutes vos questions, contactez-nous :
Contact
Par téléphone :
06 48 55 13 82 uniquement SMS
Par courrier :
3 bis, rue de Groslay
95690 Frouville
Par mail :
Contact pour adhésion et assurance :
Par formulaire de contact :
En cliquant ICI ou sur l'oreille !
Partenaires

Associations :

Fabriquants :

La lettre de Jacqueline

 

 

                                  

 

Pour toute inscription ou renseignement concernant les activités culturelles ci-dessous, prière de me contacter à l’adresse suivante :

Jacqueline.poirot@gmail.com

  •  PROCHAINES  VISITES PREVUES :

     
 

 

 

COMPTE-RENDU DES DERNIERES SORTIES

 

Visite de l'exposition 'Olga Picasso' le 3 mai 2017

Superbe exposition qui nous transporte à Rome en 1917, ville dans laquelle la troupe des Ballets Russes est en représentation avec sa non moins prestigieuse danseuse Olga Khoklova ...

Lire la suite

 

 

 

Visite du Musée du Quai Branly le 31 mars 2017

Pour une première sortie avec le groupe au musée du quai Branly, j'ai privilégié une visite Découverte ...

Lire la suite ...

 

 

 

 Visite de la cité du Patrimoine et de l'architecture le 16 mars 2017

Nous nous retrouvons nombreux en bas des escaliers avec un superbe soleil matinal ....

Lire la suite ...

 

 Visite de la Sorbonne

Un vrai bonheur avec certains participants qui ont retrouvé dans ce lieu mythique, avec beaucoup d'émotion, leurs 20 ans et parfois même mai 68 ! ... Lire la suite

Visite de l'exposition Ludwig van, "le mythe Beethoven" à la Philharmonie

  La Villette, 10h, il fait très froid ce matin ..... Lire la suite
 

L'Enfer selon Rodin

Rendez-vous est donné ce mercredi 7 décembre 2016 au musée Rodin et 

Eva nous conduit au paradis de « l'Enfer » ....

Lire la suite

 Exposition Magritte au Centre Pompidou

     Enfin Magritte à ma portée !

 Lire la suite

 

 

 

       

Promenade au Parc Brassens

Laurence,  nouvellement implantée, nous a offert un très beau reportage du parc Brassens et de son quartier auquel elle est très attachée......

Lire la suite ...

 

 

 Visite du chantier de la Salle Gémier au théatre Chaillot

Visite pour le moins insolite et originale superbement commentée et très audible (les BM fonctionnaient parfaitement ) ...

   ... Lire la suite ...
 

 Douanier Rousseau

Avant tout commentaire sur la visite de l’exposition, deux petits points à préciser et qui n'engagent que moi

 ... Lire la suite ...

 

 

 Exposition Paul Klee à Beaubourg

Rendez-vous honoré par toutes les personnes inscrites à la visite, merci à vous !

Le Centre Pompidou nous a toujours habitué à d'excellents conférencier(es) et cette saison se termine magnifiquement avec une super conférencière qui nous propose une visite interactive passionnante .

 ... Lire la suite ...

 

   

Bravant grèves et inondations, nous débarquons dans un havre de paix ,la maison des Métallos .

Nos sympathiques organisatrices, Virginie et Priscillia nous accueillent et sont attentives aux besoins de chacun.

... Lire la suite ...

 

Le mercredi 13 avril nous avons rendez-vous à 10h15 devant le musée Picasso et nous sommes accueillis très vite par une hôtesse qui nous conduit auprès de notre conférencière

... Lire la suite ...

Nous nous retrouvons le 25 septembre à Meudon ,villa des Brillants 

... Lire la suite ...

 

 

…et c’est tout naturellement que le 14 janvier nous avons l’immense plaisir de retrouver le musée de l’hôtel Biron à Paris sponsorisé en grande partie par la fondation Cantor

...Lire la Suite ...

 


 Le coin des arpenteurs de musée

J’ai demandé aux participants volontaires de me faire parvenir une anecdote, un ressenti sur la visite du musée Picasso …à chaud … voici les premiers retours …à suivre…

 

Exposition Magritte

La peinture de Magritte ne cache rien comme il le dit lui-même, au détours des salles, je découvre des clichés connus et d’autres moins mais chaque fois c’est un rébus, une devinette qui incite à se poser et à interpréter. L’artiste nous tend un piège pour nous obliger à penser, c’est "La trahison des mots". Encore une belle découverte picturale et philosophique qui interpelle. DG
 
Nous étions nombreux, mercredi 16 novembre pour admirer l’oeuvre de Magritte au Centre Pompidou.
Une guide conférencière, très cultivée nous a accompagnés lors de cette visite nous éclairant sur ces symbole surréalistes qui peuvent être assez hermétiques et dérangeants. La boucle magnétique, sorte de baguette magique nous permettait d’apprécier ces commentaires.
A l’issue de l’exposition, nous nous sommes retrouvées quelques unes à la cafétéria, contentes de nous assoir et de déguster un café.
Quelques autres firent un tour à la boutique du Centre  où sont exposés et vendus des objets très design.
Une matinée riche en émotions. LG

Je vous adresse un petit mot pour vous livrer mon sentiment au lendemain de cette excellente visite commentée de l' exposition au Centre Pompidou. Je connaissais finalement assez mal Magritte et j'ai été ravie de découvrir ses œuvres où se mêlent un langage,  des  jeux  et de la réflexion. Il reste extrêmement moderne et original. En vous remerciant encore d'avoir bien voulu m'accepter dans votre groupe. OP
 
 
 

Douanier Rousseau

Belle présentation de l’oeuvre d’Henry Rousseau avec des toiles pleines de fraîcheur. Au prime abord, on est touché par les représentations d’un peintre amateur naïf.
Au fil del’exposition, même si le fantasque de l’oeuvre demeure, le réalisme cède sa place à une création plus profonde et plus « libre » s’apparentant au surréalisme naissant.
Jean-Michel F.

Les peintures du douanier Rousseau attirent mon regard, j’apprécie la fraîcheur des couleurs et le trait naïf de ses toiles.
Peinture spontanée, observateur de la vie, des êtres humains, des animaux, de la nature,
Rousseau rêve et s’exprime par ce qu’il voit, sans prétention. Il reproduit des scènes de la
vie courante, fait passer à sa façon des messages. Il a près de 40 ans quand il commence
à peindre, ce n’est finalement pas enfantin.
Après cette visite je regarde d’une autre manière ces oeuvres en oubliant le classement
facile de personnage naïf. Il a d’ailleurs su attirer l’attention des «grands» de l’époque,
écrivains, poètes et peintres au tournant des XIXe et XXe siècles.
Danielle

"Merci Jacqueline pour cette visite et ton dynamisme culturel. Pour ma part, je serai un peu plus sévère que toi à l'égard de la conférencière. A part le renvoi au Moyen age et à sa peinture, qu'elle a évoqué dès le début, elle n'a pas transmis beaucoup d'autres explications et de savoirs. J'ai été un peu frustré. Ainsi je me moque de savoir si telle toile est jolie ou harmonieuse ou si les couleurs sont belles. Les explications furent courtes sur les vanités, pourquoi une bouteille de chartreuse, pourquoi la bougie rose... Donc frustré. Puis écroulé de rigolade avec ses "Regardez!" ces "voyez "et autres ordres visuels et répétitifs. certes elle eut le malheur de passer après celle de Beaubourg qui était remarquable. C'est dur. Bon l'expo est belle, et c'est toujours un grand plaisir d'être ensemble. "
Philippe P.

"Voila un artiste dont je ne connaissais à peu près que le nom et une ou deux œuvres. J’ai découvert que le douanier Rousseau avait été prolifique. J’ai trouvé que pour un peintre qui n’avait pas appris selon les règles, ses portraits étaient très réussis. J’ai apprécié ses paysages habités de bêtes où mêmes les lions ont l’air gentils. Mais surtout (et je suis retournée le voir après la visite) j’ai apprécié ce tableau représentant un vase blanc contenant des fleurs dont les tons de vieux rose sont magnifiques. Merci pour cette expo." Marie Agnès P.

 -"Le Douanier Rousseau :le peintre qui ne sait pas peindre ! celui qui peint comme un enfant ! Il a appris à peindre seul, Il est indépendant , cette liberté aidera des peintres académiques à sortir des règles fixées .Picasso ,Cézanne, Braque  et bien d’autres sont en quête d’une représentation nouvelle, d’authenticité comme lui . L’inventeur du  « portrait paysage »   nous entraine à la fin de sa vie dans une œuvre chatoyante ,surréaliste , pleine de  sensibilité poétique ….
Comme j’aurai aimé rester plus longtemps  dans la dernière salle au milieu de cette nature luxuriante  composée de plantes de monde entier et des animaux exotiques  alors que notre doux rêveur n’a jamais voyagé beaucoup  plus loin qu’ au « jardin des plantes de Paris » .
Comme nous avons de la chance de pouvoir aborder toutes sortes de peintres, accompagnés d’un guide  .Merci encore pour les organisateurs de ces sorties …."
Monique G.

 

 Paul Klee

Une belle exposition.

Quand on visite une exposition, ce sont d’abord les conditions extérieures à celle-ci qui nous assaillent. Ensuite, vient le temps des formalités, puis des accès et enfin de la mise au point des bidules qui suppléent nos auricules défaillants. C’est seulement après cela que l’on fait connaissance du conférencier qui aura la lourde tâche de nous ouvrir à la beauté transcendantale des œuvres exposées.

La visite commença mal. Je cavalais sous les bourrasques par un temps maussade, caractérisé par un ciel en harmonie avec les toitures parisiennes en zinc. Sale temps pour les implantés ! Eh oui nous n’étions toujours pas en été et les imperméables molletonnés étaient de rigueur.

La voilure en berne, j’arrivais et embrassais immédiatement celle qui nous permettait, grâce à une énergie sans faille, de nous retrouver dans ces expositions au caractère hétéroclite, mais de grande richesse. : Jacqueline. Elle ratura mon nom de la petite liste chiffonnée qu’elle avait en main et bientôt sollicitée de toute part, elle frétilla du stylo. J’avais à peine eu le temps de lui dire :

-Bonjour, comment vas-tu ?

Et elle de répondre

-Ah, tu es là, cela fait plaisir de te voir !

Des propos convenus, certes, mais de ceux qui assemblent, qui rassemblent, qui font du bien. Nous n’avons pas eu le temps d’approfondir l’état de nos artères, de nos glandes et tubes digestifs, et c’était bien dommage, cela fait tant de bien à déverser ce en quoi nous nous sentons tellement différents des autres. La seule obligation est d’être le premier à énoncer le cataclysme physiologique qui nous frappe, sinon, c’est notre interlocuteur qui happe le sujet et nous ravale au rang de ramolli du bulbe tellement sont invalidantes ses pathologies.

Puis ce fut l’entrée au Centre Beaubourg… examen des sacs, fouille et là, je remarquais que certaines désiraient une fouille au corps dont elles furent privées. Hésitant entre la compassion et le manque de discernement des vigiles, leur outrecuidance, je me tus, honteux, baissant le nez, examinant mes godasses.

-Jacqueline, comment fait-on pour entrer ? héla une amie, incertaine devant les barrières et guichets d’accès.

- Jacqueline, j’ai une envie pressante, sais-tu où sont les toilettes, demanda une autre.

-Jacqueline, je n’ai qu’un billet de 50 euro, tu as la monnaie ? interrogea une tierce.

-Jacqueline, je n’ai que des pièces de 10 centimes, donc cela fait bien quatre-vingt ou préfères tu je te règle cela à la prochaine ? demanda un couple.

 

Après que les portiques eussent été franchis, que les éliminations d’urée purent être mise en œuvre et après l’échange des menues monnaies, nous accédâmes au vestiaire et à la fourniture de boucles magnétiques, le sésame des durs de la feuille que nous sommes.

Je tentais alors de m’approcher de Jacqueline afin de reprendre la conversation où nous l’avions laissée et lui parler enfin de ma dernière affection : une hyper sensibilité des muqueuses, liée à un stress post traumatique.

-Jacqueline, alors, que je te dise…

Je n’ai pu aller plus loin dans le propos. Elle fut appelée :

-Jacqueline, comment ça marche ce truc ? sollicita une amie perdue avec les boutons du boitier portatif.

-Non ne touche pas à la molette, tu as mis off…

-Tiens, j’entends comme des messages intersidéraux… émis un gaillard en levant la tête afin d’ausculter les étoiles. Hélas il n’y avait que le flocage du plafond en vue.

-Jacqueline, j’ai oublié mes kleenex, pourrais-tu m’en prêter, tu sais combien je suis émotive… demanda une femme en papillonnant des yeux.

-Jacqueline, tu crois que l’on sera sorti pour que je sois à la messe de quatorze heures…

-Jacqueline, tu ne me croiras jamais, fit celle des toilettes en en revenant, il n’y avait pas de papier une honte… D’instinct mon regard se porta sur ses mains, à éviter…

-Que penses-tu faire ? insista-telle.

On ne le sut pas. Les yeux de Jacqueline s’embrumèrent, elle sortit de son sac un flacon de prozac, en avala une sacrée dose et alla s’effondrer dans la panière vestiaire.

-Je me présente, je suis grrr csherriiif mmmojnouuu, votre accompagnatrice, grrr…

Il y avait des interférences.

-Vous grrrtendez ?

Personne n’osa moufeter, et la compagnie opina.

-C’est parfait alors aujour’dgrrr je vais vous présenter paulgrrr grrr. Un personnagrrr hors du commgrrr. Il est né en grrr et est mort plus tard en grrr. On va y accéder tout de grrrr, ascenseurs grrr, … mécaniques grrr, étage grrr.

Déjà elle pivotait des talons (bon, je sais, elle n’en avait pas, mais on ne dit pas pivoter des mocassins, ni des talonnettes…) et telle une horde en furie nous la suivîmes. Je tirai jacqueline de son fatras de vestiaires et lui demandai de nous suivre.

-Alors, tu sais Jacqueline, j’ai un truc…

-Madame, monsieur, suivez-les il ne faut pas trainer, la conférencière et le groupe sont déjà dans les escalators… allez ! Pressez-vous ! cria un gardien.

Nous nous pressions. Changeant d’escalier mécanique toutes les quarante-huit secondes, nous retrouvâmes, à bout de souffle, la cohorte en extase devant un dessin tout riquiqui.

-Grrr, Paul grrr aimait les dessins, il avait grrr souci du détail, grrr, voyez, là dit-elle en posant un index sur un petit bidule invisible, grrr détail qui en dit long sur son ironie. Ce grrr provient de son voyage en grrr où il a parfait sa connaissance en grrr et qu’il traduit là.

-Ah bon me dis-je, voilà qui est clair, (ou bien : voilà qui éclaire, enfin bref…). Nous apprenons.

Soudainement il fallut aller voir une autre salle et d’autres chefs d’œuvres.

-Et maintenant, reprit la donzelle qui ne connaissant ni le botox, ni le silicone tant elle était maigriotte la pauvrine, et maintenant voici la peinture sur grrr, un technique particulière. L’artiste met une sous grrr, gratte, fait grrr et voilà le résultat.

Et tout le monde de s’extasier.

-Oh.

-Ah.

-Allons dans la salle des grrr !

Là, une autre légion auditionnait une autre conférencière.

-Qu’à cela ne tienne, on va voir plus loin, parce que c’est pareil dans un sens ou dans l’autre, dit la nôtre. Et pan dans l’œil du commissaire, me dis-je.

Nous vîmes des cubes, des lignes, des ronds, des poissons, des serpents, des croix, des mèches et moustaches sinistres… Tout était parfait.

A la fin, la conférencière se tenait raide à la sortie, peut-être pour récolter une pièce. Je retirai la fameuse boucle magnétique, muni maintenant d’une légère céphalée.

-Fini ! Plus de grrr ! hurlais-je devant tant de confort recouvré.

-Avez-vous aimé monsieur ? me demanda la charmante jeune femme.

-Oh oui, ça fait du bien quand il n’y a plus de friture sur la ligne.

-Oui, Fisch Zauber (féérie de poissons) est superbe !

-Allons bon ! Elle est sourde ! dis-je en moi-même.

-Quel grand artiste ce Paul Klee, précisa-t-elle en actionnant ses cils à me flanquer une sacré dose d’adrénaline.

-Non, je les ai toujours sur moi, répondis-je en tapotant mon trousseau dans ma poche de veste, ému de cette délicate attention.

Rapidement se retrouvait Jacqueline.

-Alors, elle est superbe, n’est-ce pas, me dit-elle,

-Un peu maigrichonne…

-Mais non je te parle de l’expo !

-Ah oui l’expo… Tu sais jacqueline, que j’ai en plus aussi une phlébite et…

-Je suis pressée, on s’en parle une autre fois, interrompit-elle en pivotant des talons.

Je restais seul au milieu des tuyaux bleus et rouges, avec l’escalator qui faisait boudoudoum et je me dis que Jacqueline devait avoir un gros problème de santé ...

Philippe P.

 

"Nous avons eu le grand plaisir de nous retrouver et pu apprécier, une fois de plus, les compétences de nos deux amies pour  le choix et le bon déroulement de nos sorties culturelles.

 

Nous avons eu le plaisir de trouver une conférencière charmante, empathique,  compétente et surtout patiente au moment des interventions parfois un peu fréquentes ou abruptes de quelques participants!!!.

 

Il aurait fallu, bien sûr, plus de temps pour admirer les centaine d'œuvres de cette collection particulièrement riche et diverse dont on ne saurait dire ce que  l'on préfère ceci à cela, tout étant d'un intérêt extraordinaire, tels que La Belle Jardinière, ou le Héros à l'Aile aussi bien que Chemin principal et Chemins secondaires dont la construction suggère de nombreuses interrogations.

 

Mais notre charmante conférencière nous a fait assez bien comprendre les subtilités de ces peintures, voire de sa complexité intellectuelle qui est aussi celle du maître KLEE."

Colette K.

 


"Seule je n'aurai pas vraiment compris et apprécié les créations de Paul Klee , la conférencière nous a permis de  percevoir son oeuvre dans toute sa diversité, sa complexité, de comprendre le pourquoi du titre de l'exposition:" l'ironie à l'oeuvre " et d'en apprendre davantage sur la vie du peintre et son désir ,quelque soit les "modes", de rester en dehors de tout courant, fidèle à lui même, à ses idées et de voir la peinture non pas comme la transcription de la réalité  mais comme une vision personnelle de l'indicible.

J'ai été surprise par ses marionnettes, attirée par ses peintures évoquant les civilisations anciennes et touchée par ses derniers tableaux ou il s'emploie à contrecarrer l'angoisse du a l'installation du  nazisme et de celle de la maladie qui raidit ses gestes."

Anne-Marie L.
 

 

"Bonjour tout le monde!

 

En effet comme dirait V.T.” Merci pour ce moment”!.... mais pas du tout dans le même registre !

 j’ai beaucoup apprécié la qualité de notre guide conférencière Elsa ? ou Elisa ?

-sa manière de nous faire participer à la lecture des tableaux et sa délicate pédagogie qui nous a fait découvrir par petites touches la biographie de Paul Klee au travers de ses oeuvres,

-nous présenter les différentes techniques absolument pas “académiques”de cet “électron libre”de toutes écoles ou mouvements artistiques (Bauhaus),...

-nous montrer que P.Klee ne peignait jamais sur de la “toile à peindre”mais sur toutes sortes de supports ...

-et enfin nous révéler que ce peintre qui peignait de la main gauche et écrivait de la droite était mélomane ,violoniste, soucieux de politique, caricaturiste, humoriste, et qui tenait à faire savoir que : ” Nul besoin d’ironiser à mes dépens je m’en charge” Là est l’artiste !

Oui merci pour cet excellent moment que j’ai prolongé 1h durant ,pour, forte de tout ce que j’avais appris, chausser mes lunettes et regarder de près certains dessins et peintures y découvrir des détails croustillants, croustifondants , et même plus...si si ."

Yvette R. 

 "Découverte d’une oeuvre ambigüe mais colorée, imaginative, qui interpelle. Le regard cherche en profondeur, interprète. Les yeux perçants de Paul Klee ne laissent pas indifférent, ils sont troublants. Merci à notre charmante conférencière qui a su faire découvrir en ce qui me concerne, les faces cachées de l’artiste, comme une devinette illustrant «l’ironie de l’oeuvre."

Danielle G.

 

La maison des métallos

merci pour ce bon moment
un peu d’histoire sociale ne fait pas de mal

Bon comédien et bon choix de sortie avec un petit groupe bien adapté pour mieux saisir toutes les nuances du sujet ,même si l’acteur allait parfois un peu vite : exemple pour passer des années  1930 à 1936

très intéressant le passage sur Belleville  jusqu’à l’après guerre. Une très bonne ambiance avec la Miss de la culture .

Charles-Marie E.

 

Merci à la Maison des Métallos pour cette visite passionnante avec Antoine Romana, qui a su merveilleusement  nous faire revivre le passé de ce lieu chargé d'histoire.

Evoquant l'apparition de la métallurgie sur la colline de Belleville, hors des murs de Paris au milieu du XIXème siècle et l'installation dans ce bâtiment en 1881 de la société Couesnon, la manufacture d'instruments de musique en cuivre mondialement connue, notamment des jazzmen américains, et qui fut la première à avoir introduit la machine à vapeur dans ses ateliers.

Nous décrivant la vie ouvrière de l'époque, Antoine souligna l'importance de la solidarité qui animait tous ces artisans, amoureux du travail bien fait. Ainsi que le caractère d'avant-garde de la dimension sociale de ce lieu.

Ruinée par la crise de 1929, la société Couesnon fut rachetée en 1936 par les métallurgistes de la CGT, pour devenir rapidement un haut lieu du syndicalisme, en pointe dans les progrès sociaux, tout au long du XXème siècle.

Aujourd'hui ce lieu est devenu un établissement culturel de la Ville de Paris, avec une programmation riche et diversifiée, ouverte sur le théâtre, la musique, la danse, la photo et toutes les formes d'expression artistique, en lien avec la vie du quartier, les associations, le monde scolaire, pour des concerts, expositions, projections, débats, ateliers, stages, etc. Bref un lieu de culture pour tous.

Bravo les Métallos !

Jacques D.

 

J’ai beaucoup apprécié cette visite “jouée” de ce lieu historique ,et ce qu’il est devenu me donne envie de retourner au spectacle.

Yvette R.

 

La BIM d'Accès Culture  fonctionnait parfaitement et les lampes de poche étaient très efficaces . Donc la visite a été facile à suivre .

Le comédien avec sa double casquette, ses connaissances  et sa passion pour le sujet a su rendre l'histoire ancienne et actuelle de La Maison des Métallos très intéressante et vivante,  la resituant à chaque fois ds le contexte de l'époque .

Sa mise en scène enchaînant les diverses époques grâce à la mention de l'année et à son changement de coiffure(!) ou de vêtements  a rendu très fluide la succession d'événements  et de thèmes , pas de temps morts  ni de vides ds l'histoire de ce bâtiment.

On aimerait beaucoup trouver souvent de tels guides !

Catherine S.

 

J’ai aimé cette rencontre insolite avec les fantômes de la Maison des métallos et la complicité d’un comédien conteur qui nous entraîne dans les couloirs obscurs pour remonter le temps et découvrir le parcours des différents occupants des lieux.
Magie de la découverte, un petit coup de rouge avant de se quitter……. nous sommes  au siècle dernier avec les métallos…. Bravo l’artiste. 

Danielle G.

 

Le musée Picasso

 "Comme à son habitude,  et toujours avec succès, Jacqueline nous avait préparé une visite exceptionnelle au Musée Picasso la semaine dernière  et je ne regretterai pas les longs moments  passés debout à écouter une conférencière très sympathique et très bien informée sur un peintre remarquable d'ingéniosité et de talent.
On peut ou aimer ou non ses œuvres, mais il faut avouer que c'était un fameux bonhomme et rien de ses travaux ne peut laisser indifférent. Qu'il s'agisse de sa Période Bleue, - la seule que, personnellement j'apprécie, - il a "touché à tout" qu'il s'agisse de matériaux nobles ou de récupération, d'objets géométriques ou de portraits ahurissants, - tout est à voir, à observer, à disséquer en détail.
Merci à Jacqueline qui nous a fait passer un moment merveilleux et permis de connaître l'univers exceptionnel du maître Picasso."

Colette

« Visite lumineuse et sculpturale qui me donne l’envie de modeler à la manière de …sans prétention »

DG

 

« J’ai apprécié cette approche de Picasso et la mise en exergue par notre super conférencière de l’interaction entre  la peinture et la sculpture dans son œuvre.
Comme j’avais déjà manqué le dernier étage lors d’une précédente visite, j’ai continué le parcours : « la nature morte à l’orange de Matisse » valait à elle seule la montée de l’escalier…toute surprise qu’il était 13h30 quand je suis sortie :4 heures d’enchantement ! »

MHS

 

« Visite très instructive, même pour moi qui ai lu pas mal de bouquins sur Picasso : sa vie, son œuvre, je serai en avance à mon cours d’histoire de l’art.
Comme à l’accoutumé la guide souriante et attentive à tous.
A refaire pour plus de tableaux mais avec Picasso, on en veut toujours plus. »

SC

 

« J’avais très envie de visiter le musée Picasso avec un guide car c’est un artiste dont les œuvres ne sont pas faciles à appréhender. Hé bien je n’ai pas été déçue ; notre guide nous a fait comprendre de manière claire et simple l’évolution du travail de Picasso selon ses rencontres, les aléas de la vie, etc …même si je n’aime pas tout ce qu’il a fait , j’ai mieux compris ses recherches. »

MAP

 

« Moi qui me laissais porter par l’esthétique d’une œuvre et son impact sur ma sensibilité ,je n’avais jamais cherché à analyser un tableau. J’étais vraiment scotchée par l’explication si détaillée du premier collage de Picasso ! C’est incroyable de mettre autant d’objets sur un si petit oval! bravo à la charmante conférencière !
Les couleurs de Picasso étaient sublimes ! Merci ! »

RH

« Un musée magnifique et une visite qui s’avère quelque peu déroutante pour le visiteur habitué à l’art figuratif réaliste.

L’éclectisme de l’œuvre de Picasso interpelle, agresse par ses sculptures aux angles vifs , choque par la simplicité infantile de ses représentations…on s’interroge !

Pas de répit en parcourant les salles, changement à tous les niveaux ! Outre les styles, ce sont les techniques (peinture, sculptures, collages, céramique parfois en association)mais aussi les matières(sculptures sur bois brut, en terre ,tôle d’acier, barres d’acier, planches de bois, céramiques sur tuile, collages de papier, de tissus ,de fils et d’objets divers) ….

Ouf ! On se repose en abordant les sculptures tout en rondeurs et les toiles colorées. »Picasso incarne le goût du risque et de l’inconnu, l’audace et l’anticonformisme de l’époque »…l’anticonformisme n’est-il pas toujours présent ? je quitte l’exposition avec mes interrogations …c’est « aussi » ça l’art !

JMF